Dans le noir pour mieux sentir

Il faut parfois abandonner un sens pour affuter les autres. C’est l’idée de départ des ateliers olfactifs proposés par Dans le noir ? Fermer les yeux pour mieux ouvrir son nez !

dans le noir ?

Dans nos sociétés (soit disant) civilisées, le sens majoritaire et le plus développé, c’est la vue. Il est considéré comme le plus noble, au contraire de l’odorat, souvent négligé en raison de sa connotation trop « animale ». Et nous avons donc tendance naturellement à nous reposer sur notre vue, au détriment des autres sens. Or, lors d’un incendie par exemple, vote nez aura dit plus vite à votre cerveau qu’il y a un problème (en sentant la fumée) que votre vue… En surinvestissant la vue, on laisse parfois peu de chance de se développer, de s’affiner à nos autres sens. Or il est bien connu que lorsque l’on perd un sens, les autres se développent pour compenser le déficit, mais c’est plus particulièrement le cas lors de déficit visuel).

Ne pas voir ce que l’on sent (ou ce que l’on mange), c’est également perdre un biais apporté par la vue, qui influence nettement notre perception. Si je sens ce qui ressemble à un zeste d’agrume jaune, mon cerveau va rapidement l’identifier comme du citron, même si à l’olfaction c’est une orange. Dans le cas des parfums, l’identité visuelle des flacons oriente également notre façon de sentir. Dans le même esprit, voir ce que nous mangeons influe sur notre perception du goût (rappelons le, le goût est composé des saveurs basiques transmises par les papilles, et de la rétro-olfaction via le pharynx. L’odorat est donc un composant essentiel du goût). Si un plat est joli, bien présenté, il nous semblera meilleur.

C’est d’ailleurs sur cette idée de supprimer le biais de la vue qu’Edouard de Broglie a créé les restaurants Dans le noir ? il y a déjà presque 15 ans. Puis ont suivi des massages et des espaces sensoriels. C’est à présent à notre nez de jouer à chat dans le noir avec les odeurs ! Et cela pour mieux nous connecter avec certes notre nez, mais aussi (et surtout) nos émotions. Pour le moment deux ateliers sont proposés à l’espace sensoriel de la rue Quincampoix à Paris. Ils ont été développés avec l’aide Marielle Belin, Delphine de Swardt et l’École Supérieure du Parfum.

Ces ateliers sont animés par Tiffany, diplômée de l’ISIPCA, et qui possède un profil plus qu’adapté à ce job (outre ses compétences certaines en parfumerie et odeurs évidemment), puisqu’elle est mal voyante.  Je trouve ça fantastique que le handicap (même si je n’aime pas ce mot) de Tiffany soit un de ses meilleurs atouts dans son travail. On peut dire que le job est fait pour elle ! Et une fois dans la salle noire, c’est nous qui sommes handicapés, car nous n’avons pas la confiance qu’a Tiffany dans ses autres sens, à force de ne compter que sur la vue.

Avant chaque atelier, Tiffany se présente et explique le déroulement des choses. Elle nous montre également le casier en bois qui sera  à notre disposition, qui contient des cases remplies avec soit, des bocaux, soit des petites cloches parfumées, ou des verres d’eau (un pour boire ^^, et un pour « éteindre » les touches parfumées qu’elle fera passer pendant l’atelier, car dans le noir une touche laissée à l’air « pollue » vraiment !). Voir le casier avant de s’immerger dans la salle noire permet de se familiariser avec, car une fois dans la salle, c’est le noir complet (au début ça peut être même un peu oppressant). On vous demandera d’ailleurs d’éteindre votre téléphone ou de le laisser en dehors de la salle, pour une immersion complète dans l’obscurité.

Une fois les participants tous entrés dans la salle, Tiffany les guide pour les installer. Ici, la chef d’orchestre c’est elle, car elle connait la salle comme sa poche ! C’est un peu le cap difficile, car on se sent particulièrement vulnérable. J’avoue que je ne conseillerai pas forcément cet atelier aux personnes claustrophobes ou ayant peur du noir. Ou alors en prévenant bien Tiffany au début, qu’elle vous place près de la sortie en cas de souci.

Ensuite il suffit de se laisser guider par Tiffany. C’est un moment assez particulier, à la fois très intime car dans le noir on se recentre sur soi et sur ses ressentis liés aux parfums, et de partage puisque l’idée c’est de profiter de cela pour s’exprimer sans avoir peur du regard des autres (qui ne voient rien de toute façon :p). Et puis si une odeur vous émeut particulièrement, vous pouvez verser votre larme tranquille. Partage aussi car pour se passer les touches dans le noir, il faut se toucher !

Le premier atelier, le Parfum et vous, est plus particulièrement destiné à faire découvrir les différentes familles de parfums (5 familles sont explorées). L’idée ici est de permettre d’explorer ses goûts en parfums, et de découvrir quelle famille nous parle le plus. Si vous voulez continuer cette exploration, pour chaque famille une box contenant 3 vaporisateurs de 7,5 ml est proposée à la vente après l’atelier. Des ateliers spécifiques par famille seront proposés à partir de septembre a priori.

Le deuxième atelier, la Malle aux parfums, est plus un voyage dans ses souvenirs d’enfance, au gré des odeurs sélectionnées par Tiffany, que ce soit par des matières, des parfums ou des molécules.

J’ai déjà fait pas mal d’ateliers parfumés, et les conditions de blind test, au sens propre, permettent vraiment de se laisser porter par son nez. Une expérience à tenter!

Espace sensoriel Dans le noir?

40, rue Quincampoix, 75004 Paris, téléphone : 09 83 49 87 97

Ateliers le Parfum et vous, 2 h, 68 €

Box Dans le noir? 3 x 7,5 ml, 35 €

Atelier la Malle aux parfums, 1h30, 48 €

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.