Une semaine en parfums #3

Une nouvelle semaine en parfums (avec un peu de retard), avec quelques évènements particuliers!

flacons parfums de la semaine

Telle le lapin blanc, j’ai quelque peu de retard sur cette semaine en parfums (ha j’avais dit que je n’arriverais peut-être pas à faire toutes les semaines!), puisque ce n’est pas la semaine dernière, mais celle d’encore avant! Au final ça ne change pas grand chose, alors accrochez vous à vos mouillettes!

Lundi : Cuir de Russie, Chanel (edt)

Lundi, déjeuner important au bureau, donc Cuir de Russie de Chanel en eau de toilette.

Mardi : Tabac tabou, Parfum d’Empire (2017)

Ce mardi soir là, c’était la soirée de lancement du numéro 5, non pas de Chanel, mais de Nez la revue olfactive. Un peu spéciale pour moi d’abord parce que j’ai participé à ce numéro (pas en tant qu’auteur mais comme source, mais quand même ^^), ensuite parce que c’est mon ami Olivier qui animait  la table-ronde de la soirée, et pour finir par qu’un des invités de la dite table-ronde n’était autre que Marc-Antoine Corticchiato, le nez et fondateur de Parfum d’Empire (#groupie). Et donc j’ai dégainé un de mes parfums fétiches, Tabac tabou, millésime 2017 (je vous laisse lire mon billet sur Tabac tabou pour savoir combien je l’aime ^^).

Le sujet de la table-ronde était « naturel versus synthèse », plus précisément dans le processus de création, et la deuxième intervenante était Mathilde Laurent. C’était un débat passionnant, mais pas si contradictoire que ça puisque même si Marc-Antoine Corticchiato et Mathilde Laurent ne travaillent pas de la même façon, ils ont finalement un point de vue assez proche. Mais on en reparlera, cette table-ronde m’a donné des idées!

Mercredi : Féminité du bois, Shiseido (vintage)

Merci 11 avril 2018, 26ème cérémonie des Fifi Awards, une première pour moi. J’ai décidé de porter un parfum qui a une signification particulière pour moi, puisque c’est celui qui m’a ouvert les portes de la parfumerie de niche quand j’étais plus jeune : Féminité du bois, mais en version vintage Shiseido! J’ai commencé à la porter en le piquant à ma mère, puis j’ai acheté mes propres flacons, jusqu’à celui sous la marque Serge Lutens. Mais le Féminité du bois à l’époque Shiseido était plus épicé (l’actuel a subi les limitations réglementaires sur la cannelle par exemple), et il y a quelques temps je me suis lancée dans la quête d’un vintage. Quand je vois le prix que je l’ai payé par rapport au prix d »origine, je grince un peu des dents, mais quand on aime…

Jeudi : Égoïste, Chanel

La veille, aux Fifi Awards, j’ai senti sur mon voisin de devant Égoïste de Chanel. Et cela m’a donné envie de le porter le lendemain. Oui c’est un parfum pour homme, et oui je m’en fiche, comme tout bon perfumista ^^. Pour dire je le portais pendant mes études à l’École Vétérinaire d’Alfort. Pour tout savoir sur notre relation, c’est dans ce billet!

Vendredi : Paris, Yves Saint Laurent (extrait)

Vendredi, c’est la synchro sur Beauté-Test! Thème de ce vendredi : les années 80! J’ai hésité avec un parfum un peu spécial, qui s’appelle Chacal (mais je lui dédierai un billet, il le mérite!), une grosse tubéreuse à épaulettes, contrairement à ce que son nom laisse présager. Mais pour le bureau c’est un peu hardcore. Hésitation encore entre Paris (Yves Saint Laurent) et mon Diva vintage (Ungaro). C’est finalement Paris, toujours mon itti bitti mini extrait offert par mon ami Olivier, qui m’accompagne au bureau. Et c’est toujours aussi beau.

Samedi : Cologne fine Violette de Parme, Institut Très Bien

Samedi, rien de spécial de prévu, au contraire, car grosse fatigue. Envie juste de quelque chose de joli, c’est sur la Cologne fine Violette de Parme d’Institut Très Bien que ça tombe. Et ce n’est pas joli, c’est charmant. Un peu de verdeur en tête, puis elle évolue vers le ravissant parfum de gants de cuir très fins parfumés à la violette et autres fleurettes. Comme une réminiscence des Médicis…

Dimanche : Mon Parfum chéri, Annick Goutal (edp)

Le choix de porter Mon parfum chéri d’Annick Goutal ce dimanche n’était pas vraiment sympathique pour lui, car c’était dans l’idée de voir si je le gardais ou si je le vendais… En fait j’ai Mon parfum chéri en eau de toilette et en eau de parfum (la seule version encore disponible, et encore…), et j’ai une préférence pour l’eau de toilette, plus fruité-prune, alors que l’eau de parfum est plus raide, plus patchouli. C’est un parfum gothique, un parfum d’automne, un vrai chypre avec les pieds dans la terre. Unique en son genre, et pas toujours facile à porter.

 C’est fini pour cette semaine en parfums, à bientôt pour la suite 😉

2 thoughts on “Une semaine en parfums #3

  1. De quoi me souviens-je ?
    d’avoir porté lundi Etra d’Etro, une subite envie d’épices ; mardi Owari, d’Odin, parce que j’avais un T-shirt orange et du coup j’ai eu envie d’un parfum à l’orange (et ouais) ; Living de Lalique, hier matin, où il faisait un peu frisquet et j’avais envie d’un boisé-poudré assez doux ; et de porter aujourd’hui Mon Classique, de Morabito, parce que j’avais envie d’un tutti flori qui pète un peu quand même.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *